Actualités Entreprise 

Quels sont les métiers les mieux payés en high-tech ?

Les entreprises se battent pour dénicher les meilleurs talents pour se démarquer des autres. Mais la pénurie de spécialistes ayant les compétences et expériences requises a entraîné une hausse de leurs salaires. Dans ce dossier, nous allons essayer de découvrir tout particulièrement les métiers les mieux payés en high-tech ces dernières années.

Généralités

Depuis quelques années, les entreprises s’efforcent de s’acquérir de travailleurs qualifiés dans le domaine de l’intelligence artificielle, du Big data et de l’informatique. Ceci résulte de l’augmentation significative de la demande en termes d’apprentissage automatique, de traitement de données ou encore de l’intégration des objets connectés.

Malgré la crise qui a bouleversé l’économie mondiale et notre façon de travailler, de nombreux emplois ont été supprimés et la plupart d’entre nous a dû s’adapter au télétravail. Pourtant, le secteur des technologies informatiques avancées semble ne pas avoir été affecté par ces évènements.

Une récente étude menée par CodinGame démontre ce fait. Selon cette plateforme qui se focalise sur l’évolution de l’offre et de la demande d’emplois pour les développeurs, parmi les recruteurs interrogés, 64 % affirmaient être prêts à embaucher jusqu’à une cinquantaine de développeurs en 2021. Environ 28 % d’entre eux comptaient même en recruter plus.

Ce fort besoin s’est fait ressentir dans presque tous les métiers du high-tech, augmentant ainsi les salaires des professionnels intervenant dans ce domaine.

Selon les informations fournies par capital.fr, voici les emplois dans le high-tech les mieux rémunérés en 2021 :

  • Architecte Logiciel
  • Data Scientist
  • DevOps
  • Ingénieur logiciel embarqué
  • Développeur (Front-end, back-end, jeux vidéo, Full-stack)
  • Testeur
  • Développeur Front-end

Architecte Logiciel (salaire moyen : 46 000 euros par an)

Ce spécialiste des technologies avancées a pour rôle de s’assurer que le modèle d’architecture logicielle adopté par l’entreprise soit respecté. Bien entendu, il lui incombe également de concevoir cette architecture, et c’est pour cela qu’on l’appelle souvent « architecte applicatif ».

Pour devenir architecte logiciel, le candidat doit décrocher un diplôme délivré par un établissement spécialisé dans la formation des ingénieurs en informatique. Il peut aussi suivre un cursus universitaire afin d’obtenir un BAC + 5 dans le domaine. En plus de cela, l’architecte logiciel doit avoir entre cinq et dix années d’expérience en tant que développeur de logiciels.

Si ces conditions sont réunies, il pourra bénéficier d’un salaire annuel brut d’environ 61 500 euros. Ce salaire peut atteindre 85 000 euros par an dans certains pays tel que le Luxembourg, si on se réfère aux données fournies par le « Salary guide Luxembourg 2021 ». À la fin de sa carrière, ou bien après avoir travaillé pendant plus de 8 ans dans ce domaine, il peut percevoir jusqu’à 90 000 euros de salaire brut annuel.

Lire:  Tout savoir sur la pépinière d'entreprise

Data Scientist (salaire moyen : 46 000 euros par an)

Il s’agit d’un professionnel qui a pour mission d’analyser les données que votre établissement aura dans des bases de données. Grâce à cela, il peut tirer des conclusions et fournir des rapports expliquant les résultats obtenus à ses collaborateurs ou à d’autres personnes du métier. Le but étant de permettre à ces derniers de prendre des décisions stratégiques.

Disposant des informations détenues par l’entreprise qui l’embauche, le data scientist devrait donc être en mesure de leur donner du sens. Celles-ci peuvent provenir de différentes sources et étudiées en conséquence, qu’il s’agisse d’informations concernant les ressources humaines, la vente, ou encore le marketing.

À titre d’exemple, si votre entreprise intervient dans le secteur du e-commerce, les données qui seront analysées par le spécialiste pourront vous aider à comprendre davantage le comportement des internautes sur votre plateforme en ligne. Dans le secteur de l’assurance par exemple, elles pourront vous permettre d’ajuster vos tarifs selon le niveau de risques.

Disposant d’une parfaite connaissance en statistiques, ce genre de professionnel est souvent amené à prendre part aux prises de décisions stratégiques de l’entreprise. Ses services peuvent par ailleurs être sollicités lorsque vous voulez accroître vos chiffres d’affaires.

Il est évident que les Data Scientist sont très demandés, vu que les données des entreprises sont plus que jamais essentielles. Celles-ci doivent être triées, stockées et analysées, sans oublier le fait qu’elles sont souvent très sensibles. De ce fait, le Data Scientist doit être très compétent pour ne pas mettre ces données en danger.

DevOps (salaire moyen : 44 600 euros par an)

Les DevOps sont des professionnels étant responsables du bon déploiement de différents types de codes informatiques. Ils doivent faire le moins d’erreurs possible pour éviter le dysfonctionnement des activités de l’entreprise. C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé de recruter de vrais spécialistes, même si cela peut coûter cher aux organisations.

L’expérience constitue le principal atout des ingénieurs DevOps. Ayant vu toutes les facettes de leur travail, ils peuvent superviser aisément tous les systèmes de codage, la mise en œuvre des scripts et des différents processus informatiques.

Il arrive souvent que les DevOps soient amenés à gérer l’infrastructure informatique. Ils doivent également être à même de tester des logiciels, de fournir des ressources ou encore de contrôler les performances des applications après leur mise en production. En mettant à jour les codes, les DevOps aident les entreprises à adapter leurs stratégies et à améliorer leurs processus en vue de maximiser leur efficacité.

Lire:  Comment gagner de l'argent sur tiktok

Ingénieur logiciel embarqué (salaire moyen : 41 200 euros par an)

Les ingénieurs logiciels embarqués sont des personnes très polyvalentes. Leur mission consiste au développement ainsi qu’à la préparation de différentes sortes de fonctionnalités et applications dédiées aux dispositifs autonomes embarqués dans des machines.

Ce type de spécialiste doit au moins avoir une excellente maîtrise de l’électronique et de l’informatique. Il travaille à partir du cahier des charges établi par son client et conçoit le produit final selon les consignes qui lui sont fournies. Il réalise d’abord le codage avant de procéder à l’intégration des systèmes embarqués, communément connus sous le nom d’objets connectés.

Le métier d’ingénieur logiciel embarqué est bien payé, mais le professionnel doit toujours être à l’affût des dernières innovations. La raison : le domaine dans lequel il travaille évolue en permanence.

Développeur : (salaire moyen : 29 000 à 40 000 euros par an)

Qu’il soit front-end, back-end ou encore full-stack, le développeur se chargera essentiellement de la conception, de la mise en œuvre, des tests et surtout de la maintenance des logiciels. Il doit donc maîtriser les systèmes de codage et la création de sites web ou encore d’applications mobiles, avec les différents langages de programmation. Parmi ceux-ci, on peut retrouver le langage C++, Java, HTML, SQL, etc.

Pendant leur carrière, les développeurs doivent toujours se baser sur les exigences de leurs clients. Grâce à celles-ci, ils pourront leur faire des recommandations avisées pour leur permettre d’optimiser leurs applications (interface web, applications mobiles et logicielles, etc.).

Testeur (salaire moyen : 30 000 euros par an)

Vous l’aurez sûrement compris, ce professionnel assure les différents tests de produits utilisés par votre entreprise. Spécialiste dans son domaine, il peut utiliser des applications et programmes permettant de détecter les bogues et tout type de dysfonctionnement avant de commercialiser un produit. Pour assumer ces tâches, il doit toujours se baser sur le cahier des charges mis en place par son client.

Au cas où le testeur constate un dysfonctionnement, il devra aviser l’équipe de développement de produits. En conséquence, il pourra envisager différents cas de figure pour régler les problèmes afin que ceux-ci n’impactent pas sur le bon fonctionnement du parc informatique de l’entreprise.

Après l’analyse des résultats, le testeur doit établir des rapports détaillés pour chaque test qu’il aura réalisé sur le logiciel pour le rendre parfait. Ainsi, il devra garantir que les changements apportés n’impliquent pas de nouveaux désagréments à l’avenir.

A lire également

Laisser un commentaire