Finances 

Entreprises : quels prêts professionnels existent ?

Selon les dernières statistiques de la Banque de France, l’évolution du crédit aux entreprises est en hausse. Levier financier, il permet de dégager une trésorerie, de répondre à des besoins en équipement ou en immobilier. Petit tour d’horizon des principaux types de prêts professionnels.

Quels sont les principaux types de prêts professionnels ?

En juillet 2022, la Banque de France a communiqué ses dernières statistiques mensuelles relatives aux crédits par taille d’entreprise. Pour celles du mois de mai 2022, elle titre « La croissance du crédit aux entreprises en augmentation ».

Des crédits peuvent être accordés pour créer, reprendre ou encore développer une entreprise. Le choix du type de crédit dépend des besoins et des capacités de remboursement de l’emprunteur. Les emprunts peuvent être souscrits auprès de différentes structures ou par le biais d’intermédiaires en opérations de banque et service de paiement (IOBSP) comme Partners Finances.

PRINCIPAUX PRÊTS PROFESSIONNELS ACCORDÉS PAR LES BANQUES

Le prêt amortissable : des remboursements à date fixe

Le prêt amortissable est la forme d’emprunt la plus couramment utilisée. L’emprunteur rembourse le capital et les intérêts à échéances régulières sur une durée limitée. Il peut servir à acquérir du matériel comme combler un besoin de trésorerie par exemple.

Le prêt in-fine : un remboursement du capital à la fin

Le prêt in-fine dissocie les intérêts d’un côté du capital de l’autre. L’emprunteur rembourse à date fixe durant la période du crédit uniquement les intérêts. Puis, aux termes de cette période, il paie le capital dû. Le prêt est dit « in-fine », littéralement « à la fin », car le capital se règle en une seule fois à échéance de l’emprunt.

Lire:  Plateformes boursières en ligne : tradez en un clic !

La réserve de crédit : le crédit renouvelable

Il s’agit d’une réserve d’argent accordée pour une durée limitée. L’entreprise y pioche selon ses besoins et rembourse en fonction de son utilisation. Le crédit n’est donc pas lié à l’acquisition d’un bien en particulier. Ce type de crédit doit être particulièrement encadré pour prévenir tout risque de surendettement.

Le crédit-bail : le leasing automobile ou immobilier

Le leasing est relativement bien connu désormais, surtout en ce qui concerne l’automobile. Il peut également s’appliquer à l’immobilier. Une société spécialisée dans le crédit-bail met à disposition d’une entreprise un local à des fins professionnelles en échange d’un loyer. À la fin de la durée de location, l’entreprise a la possibilité d’acquérir le bien.

PRINCIPAUX PRÊTS PROFESSIONNELS ACCORDÉS PAR D’AUTRES STRUCTURES

Le prêt communautaire : la cagnotte participative de particuliers 

Lorsqu’aucune banque ne semble intéressée par le financement de ses besoins, une entreprise peut se tourner vers le crowdlending. Il s’agit d’un financement participatif. Des plateformes de collecte mettent en relation un projet entrepreneurial et des particuliers souhaitant prêter leur argent à des entreprises.

L’affacturage : l’avance de trésorerie

Pour pallier au décalage entre les décaissements et les encaissements, les entreprises ont besoin de fonds de roulement (BFR). Une société spécialisée peut proposer l’affacturage, un moyen de financement permettant une avance de trésorerie.

À qui s’adresse le prêt professionnel ?

Comme son nom l’indique, le prêt professionnel est un crédit réservé aux entreprises ou aux indépendants. Tous les secteurs sont concernés, des domaines de la santé à ceux de l’alimentation en passant par l’industrie. Ce crédit professionnel s’adresse notamment aux :

  • très petites entreprises (TPE) ;
  • petites et moyennes entreprises (PME) ;
  • professions libérales ;
  • commerçants indépendants ou franchisés.
Lire:  Mon assurance auto change-t-elle quand j’ai des enfants ?

Conditions d’obtention d’un prêt professionnel

Le prêt professionnel est accordé à la condition d’un apport mais aussi d’une garantie. L’apport diminue la part à emprunter. La garantie rassure l’organisme prêteur. La garantie peut prendre plusieurs formes. Elle peut être notamment le nantissement du fonds de commerce, c’est-à-dire l’ensemble des biens mobiliers dits corporels et incorporels de l’entreprise (machines, nom…). Elle peut également être une personne physique. Cela signifie que celle-ci se porte garante, elle s’engage à payer la dette de l’emprunteur s’il n’y parvient plus.

Objectifs du prêt professionnel

Un prêt professionnel peut servir différents motifs. Il peut être accordé notamment pour :

  • créer, racheter ou reprendre une entreprise ;
  • reprendre une patientèle, dans le cadre d’une profession libérale par exemple ;
  • acheter du matériel ;
  • dégager de la trésorerie.

Principaux inconvénients à prendre en compte

Au-delà du capital à rembourser, un prêt professionnel engage des frais qui varient selon chaque banque : taux d’intérêt, assurance emprunteur, frais de dossier, commissions… Sans compter, la fourniture de la garantie indispensable à l’accord de financement. De plus, la durée d’emprunt a un impact sur le coup total à rembourser. Autre élément non négligeable à prendre en compte, le prêt professionnel peut peser sur la santé financière de l’entreprise.

Comme son nom l’indique, le prêt professionnel est réservé aux entreprises. Il convient toutefois de se renseigner auprès de professionnels pour connaître les conditions liées à chaque type de prêt souscrit auprès d’une banque ou de tout autre organisme. Effectuer une simulation permet d’évaluer le montant total à rembourser et de se faire une idée avant de s’engager.

A lire également

Laisser un commentaire